La boulimie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La boulimie

Message  Tinkerbell' le Mar 22 Fév 2011 - 16:59

Cette maladie touche majoritairement les adolescentes et les jeunes femmes. 3 collégiennes et lycéennes sur 10 sont susceptibles de présenter des phases transitoires de boulimie. La crise de boulimie est en général précédée par quelques signes : angoisse, agitation.

La (le) malade essaie de se raisonner, mais la nécessité de manger s'impose assez rapidement et l’emporte. L'ingestion alimentaire est impérieuse et compulsive. Il faut manger, le plus vite et le plus possible, en général des sucres et des produits très caloriques. Les aliments sont avalés sans même être mâchés. L'envie de manger est irrépressible et la perte de contrôle face à la crise est totale. La sensation d'"être calé" intervient lorsque l’estomac est déjà dilaté, elle est suivie un répit plus ou moins court avec un vague sentiment de satisfaction et de repos, avant la reprise du besoin.

La purgation par le vomissement ou la prise d’un laxatif suivent la crise boulimique dans la majorité des cas, par crainte de prendre du poids. Le vomissement provoqué libère parfois en partie du malaise. D'autres boulimiques compensent les crises par des activités physiques débordantes.

Le sentiment de honte qui accompagne ces prises alimentaires pousse le malade au secret. La culpabilité naît après la crise, lorsque le besoin est satisfait. Ce sentiment de honte suffit à exclure une majorité de malades d'une vie sociale cohérente.

La (le) boulimique peut très bien garder longtemps son problème pour elle (lui), sans que son entourage familial ou amical en prenne conscience : la culpabilité enferme la personne dans le secret. La constitution d'une véritable dépression peut donc être longtemps masquée, avec souvent des tendances suicidaires. La consommation d’alcool et l’usage de drogues sont des éléments qui favorisent la survenue des crises.

Le désordre psychique sous-tendu par les crises de boulimie se double de perturbations physiques plus ou moins sévères. Le remplissage rapide de l'estomac provoque souvent des distensions douloureuses. Des inflammations des muqueuses de l’oesophage et de l'estomac peuvent survenir, allant jusqu'à l'ulcère. Les vomissements répétés, la vidange violente de l'intestin par les laxatifs, sont sources de désordres métaboliques.

Le poids peut tout à fait rester stable : la (le) boulimique n'est pas un obèse clinique ou en puissance.

Lorsqu'ils se sont rendu compte qu'ils ne s'en sortiraient pas tout seuls, les boulimiques sont d'ordinaire réceptifs au conseil médical. Le pronostic de guérison de la boulimie est bon, mais les rechutes sont fréquentes.


Quelles sont les causes ?

La boulimie a des causes d’ordre psychologique : elle est liée à de troubles du désir, parfois à une dépression. Certains la considèrent comme une dépendance, comparable à l’alcoolisme ou la toxicomanie. Les parents des boulimiques sont parfois décrits comme absents et/ou en conflit. Les traitements pour états dépressifs, les conflits aigus et parfois violents sont courants au foyer.

Tinkerbell'
Administrateur

Nombre de messages : 30442

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum