Autre sorte de TCAs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autre sorte de TCAs

Message  Tinkerbell' le Mar 22 Fév 2011 - 17:00

L'hyperphagie
Il existe d'autres désordre alimentaire, comme l'hyperphagie qui est une prise de nourriture excessive et continue.

Celle-ci peut être d'origine familiale ou résulter de mauvaises habitudes alimentaires, en particulier elle peut être la conséquence de régimes trop restrictifs.

Elle peut prendre la forme d'agapes transitoires et occasionnelles ou se présenter comme un grignotage permanent.

L'Hyperphagie et la Boulimie présentent des tableaux assez différents.

Contrairement à la boulimie, l'hyperphagie ne se présente pas sous forme de crises aiguës suivies de vomissements et ne comporte pas de comportements compensatoires comme la prise de purgatif, le jeûne, ou l'exercice physique excessif.

C'est plutôt une forme de grignotage permanent ou une prise de quantité d'aliments largement supérieure à la moyenne alimentaire avec total déséquilibre nutritionnel qui amène bien évidemment une prise de poids plus ou moins importante.
Ce type de comportement alimentaire est souvent causé par une dépression réelle exprimée ou non. Cette frénésie alimentaire sert justement de consolation, de compensation à un état dépressif qui fait que l'on se sent anxieux, seul, fatigué ou que l'on s'ennuie.

La mise en place de régimes restrictifs dans ce contexte dépressif est inefficace et aggrave souvent le syndrome.
Seules les psychothérapies (psychanalytiques) et éventuellement un traitement antidépresseur ont fait preuve d'une efficacité.

L'orthorexie
L’orthorexie ne concerne pas la quantité de nourriture ingérée, mais l’attitude vis-à-vis du choix de cette nourriture. La personne orthorexique est en effet obnubilée par le dogme de l’alimentation (qu’elle considère parfois à tort comme) saine. Pour ne pas consommer de graisses, produits chimiques ou toute autre substance considérée comme nuisible à la santé, la personne passe des heures à réfléchir à son alimentation, planifie ses menus des jours à l’avance, s’invente des règles alimentaires de plus en plus contraignantes, une sorte de norme ISO individuelle soumettant chaque aliment et l’heure à laquelle il est ingéré à un contrôle de qualité confondant goût et moralité.
Ce n’est donc pas la volonté de manger sain en soi qui est pointée, mais la démesure de ce comportement, qui vire à l’obsession. Faut-il y voir le résultat des dérives de l’industrie alimentaire, qui depuis quelques années, joue sur l’argument de la santé ?
La recherche de perfection alimentaire conduit à un isolement social (amis, famille, restaurant, repas de fête et, plus généralement, prise alimentaire dans un cadre non contrôlé).
Il y a une spirale du risque imaginé. La réduction de ce risque par le contrôle accroît la peur du risque.
La tolérance-zéro du point de vue alimentaire peut, dans les cas extrêmes, affecter chacun des actes et susciter une perte de l’appétit de vivre.
Les solutions consistent, outre dans la consultation d’un psychologue, dans la communication, dans l’identification des symptômes (voir test de Bratman ci-dessous), dans leur modération progressive, dans l’écoute des instincts naturels et dans la quête du plaisir, alimentaire ou non. Car si la santé physique se construit grâce à la nourriture, la santé psychique se construit par le plaisir.

Tinkerbell'
Administrateur

Nombre de messages : 30442

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum